la_magalone       visages_Magalone       visages_Magalone3       visages_Magalone2

Jusqu’au XVIIe siècle en Provence, les bastides étaient de riches maisons de maître liées à l’exploitation agricole. A l’époque baroque elles deviendront de pures résidences aménagées comme de véritables petits châteaux.

C’est à la fin du XVIIe siècle que les frères MAGALON, riches négociants marseillais spécialisés dans le cabotage en Méditerranée, firent construire la Magalone. Une légende tenace attribue ses plans à Pierre PUGET en raison de sa ressemblance avec une construction italienne conçue par l’architecte - sculpteur.
En 1721, au moment de la grande peste, la famille Magalon doit se séparer de la Bastide. Un acte notarié indique que le nommé Antoine Guillaume de PAUL acquit de Messire Raphaël de Magalon la propriété de la Magalone.

En 1850 la Magalone est rachetée par la famille de Baptiste-Pascal-Etienne BURET. Début 1900, sa petite fille, Madame de FERRY se donne, avec son mari, " la mission de restituer à la vieille maison le peu qui lui manquait pour devenir un précieux joyau d’art décoratif ".
De très importants travaux de restauration furent entrepris et le parc fut transformé en jardin à la française par le paysagiste Edouard ANDRE.
Madame de FERRY, sensible aux arts, cultivée, fit rayonner la Magalone où elle accueillit ses amis écrivains, peintres, musiciens. Elle-même publia des recueils de poèmes sous le nom de Marie de SORMIOU.
En 1964, c’est la petite-fille de Madame de FERRY, Chantal de la FONT-CHABERTY, qui héritera de la Bastide. Elle y habitera avec sa famille jusqu’en septembre 1986, date à laquelle la Ville de Marseille fit l’acquisition de la Magalone.
Des douze hectares existant encore à la fin du XIXe siècle, un seul hectare et demi subsiste aujourd’hui. Ce morcellement progressif fut ponctué par l’aménagement du boulevard Michelet en 1898, l’édification de La Cité Radieuse de Le Corbusier en 1949, la création du Parc Sévigné en 1960 et des Petites Magalones en 1970.
Depuis qu’elle en a fait l’acquisition, la Ville de Marseille consacre régulièrement des crédits à la restauration du bâtiment inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques et à l’entretien du parc. Le Ministère de la Culture participe également au financement de ces travaux.
Mandatée depuis 1986 d’une mission musicale, la " Cité de la Musique de Marseille " insuffle à nouveau à la Magalone une vie et un rayonnement dans la lignée spirituelle de Marie de SORMIOU. Des cours, des conférences et des concerts animent tout au long de l’année les salons et les jardins, alliant ainsi la beauté musicale à la majesté du lieu.